GCO : nos actions

Le GCO va générer :

–           un bruit très conséquent

–           une pollution de l’air

–           un impact visuel négatif (remblais de 4 à 8 m de haut)

Nos démarches :

Afin d’en limiter l’impact négatif, nous avons rencontré les responsables du projet sur la base de vie de SOCOS afin :

–           de les sensibiliser sur les conséquences en termes de nuisances sonores pour les habitants de Duppigheim

–           pour obtenir des précisions sur les mesures prises pour les réduire

–           d’obtenir des informations sur l’aire de service,

–           D’obtenir des éléments de réponse sur les mesures prises sur l’impact visuel du GCO.

Nous avons été déçus car :

–           Au niveau du bruit : aucune mesure n’a été prise hormis un mur antibruit au niveau du village et au niveau de la zone industrielle. Aucun effort n’a été fait quant au revêtement phonique.

–         L’aire de service sera bien de notre côté et comportera une aire de stationnement de 40 camions, 120 véhicules, station essence et commerce ouvert 24/24H

–           L’aménagement des abords du GCO n’est toujours pas finalisé…

Nos actions :

–           Nous avons saisi la député Martine VONNER de ce problème afin qu’elle saisisse les services de l’Etat pour contraindre SOCOS à mettre en place un revêtement phonique de type R1 (bien plus efficace).

–           Nous avons écrit à la commune afin

o          qu’elle fasse réaliser une étude de bruit par un cabinet d’expert indépendant avant et après la réalisation du GCO

o          qu’elle utilise le 1% paysager du COS pour implanter une végétation camouflante.

o          Qu’elle organise une réunion qui porterait notamment sur le GCO

Malheureusement, la Mairie n’a pas été en mesure d’accéder à nos demandes au motif que :

–           L’étude de bruit incomberait uniquement à ARCOS – SOCOS.

La commune n’aurait pas la légitimité pour mener une telle étude.

–           Le 1% paysager du COS ne concernerait pas les abords du GCO

Les abords directs sont financés par le projet lui-même.

Nous sommes donc tributaires du bon vouloir de SOCOS. Et apparemment, rien n’est encore prévu.

Evidemment, nous doutons fortement de la générosité de SOCOS dans ce dossier et de leur volonté de masquer l’intégralité de la route à la vue des riverains notamment par la plantation d’allées d’arbres ou de haies.

Nos actions :

–       Nous cherchons désormais le moyen de procéder à une étude de bruit indépendante. Pour ce faire, nous avons pris contact avec un cabinet. 

–       La commune a relancé SOCOS concernant la mise en place d’un revêtement phonique plus efficace.